lundi 5 juin 2017

Tour de la Corse en kayak de mer

Quand je suis rentré de Croatie en 2010, je m’étais dit qu’il faudrait retenter l’expérience du kayak de mer sur une plus grande échelle. Très vite l’idée de faire le tour de la Corse est apparue. Cela semblait pouvoir être une belle aventure. Après pas mal de recherches d’infos mes impressions étaient confirmées, c’est jouable J
Il ne restait plus qu’a trouver quelques potes motivés, du temps et organiser tout ça.
Et nous voilà donc ce 21 mai à midi sur la plage de Porticcio, à donner nos 1er coups de pagaies. Le début fut difficile, houle et vent de face, très vite on a comprit que les conditions en mer seraient déterminantes pour la réussite du projet. On applique donc notre consigne générale, à savoir faire un minimum de 30 kms par jour, pour assurer les 600 kms du tour en 3 semaines. Les conditions s’améliorant on prend de l’avance. Avance qu’on réussira à maintenir jusqu'à l’arrivée malgré les quelques douleurs et courbatures qui apparaissent rapidement puis disparaissent au bout d’une dizaine de jours, le physique s’adaptant petit à petit. Nous aurons de la chance avec la météo et les conditions en mer, seulement 3 jours agités avec houle et vent de face. De même les emplacements de bivouacs sont nombreux et nous serons toujours relativement bien installés. Aucun soucis non plus pour les ravitaillements, en calculant un peu les étapes, on arrivera toujours à faire le plein de nourriture et d'eau.
Bref, une sympathique petite aventure entre potes qui s'est bien passée et qui nous laissera de très bons souvenirs.
Les jours s’enchainent et après 566 kms et 16 jours d’efforts, la boucle est bouclée J.
Fatigués mais contents, on a réussi notre pari.

L'équipe à l'arrivée : Lionel, Frédéric et Nico

Notre journée type : commence avec les premiers rayons du soleil vers 6h, après avoir avalé le petit déjeuner, on plit et range tout dans les kayaks pour prendre la mer vers 7h30.
Vers 9h, c’est tea time en mer. Ensuite vers 10h30 on se pause ou on peut pour se dégourdir un peu les jambes et on repart jusque 13h pour se faire un vrai repas, la barre des 20 kms est franchie. L’après midi on pagaie  pour finir nos 30 kms et c’est la que commence la recherche d’un spot pour installer le bivouac. Installation des tentes, ou pas, des hamacs, repas, et vers 21h, dodo.

LA question : dans quel sens tourner ?? Renseignements pris sur le net, le sens horaire serait le meilleur pour des questions de courant et de vents. J'ai quand même demandé son avis au loueur, qui est un pro, il me conseille de partir vers le sud, c'est à dire le sens anti-horaire. On suivra donc son conseil et je pense effectivement que c'était le meilleur pour nous, à cette période. Est ce que c'est valable toute l'année ? Je ne sais pas ! 

Les bivouacs : un peu partout, plage touristique, sauvage, petites criques et quelques campings. Le couchage se faisant sous la tente, en hamac ou à la belle étoile. On a eu droit à quelques superbes coucher/lever de soleil avec une mention spéciale pour le coucher depuis le désert des Agriates, superbe.

Bivouac 1 : anse d'Orso

B 2 : Murtoli

B 3 : petite plage de Spirone ***

B 4 : pointe d'Araso

B 8 :Camping à Bastia

B 9 : prés du Cap Corse
B 10 : Negru

B 11 : Désert des Agriates pointe Mortella


B 12 : Calvi contre le camp du 2ème R.E.P.

B 14 : plage de Piana

Les repas
 : très variés, des lyophilisés, des boites, du poisson pêché par Fred et quelques restos aussi, ça fait du bien.




Dorade royale

Le matériel : nous avons loué les kayaks à Ajaccio et pour le reste, tout le nécessaire pour camper et se faire à manger. Le GPS nous aura aussi bien rendu service, pour les distances, et localiser les campings et supermarchés quand c’était nécessaire.


Les temps forts : il y en a pas mal, le 1er bivouac. Les dauphins. Bonifacio pour le site et le passage de la côte ouest à la côte est. Le petit tour à Aléria pour faire le ravitaillement. Bastia qui marquait le milieu de notre périple. Le cap corse, on change de côté encore une fois pour la dernière « descente ». Calvi, on arrive au bout du projet et on commence à se dire que ça va le faire. Scandola et le Capo Rosso. Et enfin les iles sanguinaires, dernier repère visé avant la plage de Porticcio lieu de départ et donc d’arrivée. Les levers ou couchers de soleil sur la mer quotidiens. Le tout rythmé par les fréquents passages des Rafale de l’armée de l’air.

Dauphins

Bonifacio

Sur le fleuve Tavignano.

Toujours sur la route d'Aleria
Bastia

La tour génoise du Cap Corse
Scandola

Scandola
Capo Rosso


Capo Rosso

Capo Rosso
Les îles sanguinaires
Sans oublier les heures et heures de pagayage....










P S : lors de la dernière journée, un tragique évênement s’est produit. En voulant accoster sur une plage j’ai été violemment pris à partie par une vague. La vague a gagné. Pour me secourir il n’a pas hésité à plonger à ma suite. Je m’en suis sorti indemne mais lui, malgré tous mes efforts pour le ranimer, n’a pas survécu à ses blessures.

Ce jour là j’ai perdu un ami, un être cher, un fidèle compagnon de voyage..  Celles et ceux qui le connaissaient l’auront reconnu, c’était… mon portable  J

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire